06 89 63 97 972 wilfried.shiatsu@gmail.com

Le Shiatsu Iokaï

          Comme bien des traditions anciennes, les origines du shiatsu se perdent dans la nuit des temps. Qu’il soit venu d’Inde, de Chine ou d’ailleurs, c’est son passage au Japon qui en fera éventuellement celui que l’on connait aujourd’hui. Avec le temps, le shiatsu finira par prendre racine d’Est en Ouest et du Nord au Sud, s’adaptant aux milieux et aux époques qu’il traverse et s’enrichissant au fil des années.

Au début du 20e siècle, il fait son apparition en Occident, notamment grâce aux enseignements de Namikoshi et de son ancien élève, Masunaga. Le shiatsu connaîtra alors la première grande scission de l’époque moderne, alors que Masunaga s’éloigne de la pratique de Namikoshi pour développer un shiatsu basé sur les méridiens et la recherche d’équilibre physique, psychologie et émotionnel selon le modèle oriental.

Plus récemment, de nouvelles branches se sont ajoutées. Des élèves de Masunaga ont mené plus loin sa démarche et ses réflexions, chacun à leur manière, dont :

 

  • Sensei Kazunori Sasaki (France)
  • Sensei Wataru Ohashi (États-Unis)
  • Sensei Pauline Sasaki (États-Unis)
  • Sensei Tetsuro Saito (Canada)

Shizuto Masunaga Senseï

Né en 1925, il vit à Kyoto avec sa famille à partir de 1930. Sa mère, très impressionnée par les effets thérapeutiques du shiatsu, invite les plus grands maîtres du moment, notamment Tenkeï Tamaï qui partage leur vie durant les stages. Dès l’âge de treize ans, Masunaga est donc initié aux différentes techniques du Shiatsu. En 1949, il est diplômé de psychologie et poursuit ses études de thérapeute. En 1959, il est chargé de cours de psychologie clinique à l’Académie Japonaise de Shiatsu.

Cependant, il perçoit rapidement les limites de cet enseignement officiel, qu’il juge trop basé sur des protocoles, et pas suffisamment sur l’écoute des circulations du corps.

Il fonde le IOKAÏ en 1960, il ouvre l’institut IOKAÏ à Tokyo huit ans plus tard. Jusqu’à sa disparition en 1981, il enseignera le shiatsu des méridiens basé sur sa propre théorie et son expérience clinique non seulement au Japon mais également à l’étranger (Hong-Kong, Corée, Canada, USA, Europe).

Dans ses écrits (notamment ceux qui sont compilés dans « Shiatsu et médecine orientale », Edition Courrier du Livre, 2010), il défend ardemment le fait que le Shiatsu puisse être une thérapeutique à part entière, ayant une action globale équivalente à l’acupuncture, à condition qu’elle soit pratiquée dans une attitude intérieure de neutralité, et qu’elle ne se contente pas d’appliquer des protocoles pré-établis.

Son innovation majeure aura été, partant des textes anciens, de redécouvrir, au travers de son expérience clinique, le parcours de chacun des douze méridiens dans l’intégralité du corps et d’étendre à l’intégralité de ces parcours la pratique du Shiatsu, afin d’en parfaire la technique et d’en accroître l’efficacité.

source : iokaishiatsufrance.fr

Kazunori Sasaki Senseï

Fondateur du Iokaï Meridian Shiatsu en Europe et président de l’AISE (Association Iokaï Shiatsu Europe).

Précédemment à l’étude du shiatsu, il a appris et pratiqué une approche thérapeutique traditionnelle japonaise, ‘Neeshin-ryohô’, dans laquelle on utilise de larges stylets métalliques (roller needel) que l’on chauffe puis passe sur les trajets des méridiens, sur les zones où le Ki ou le sang stagnent et ont des difficultés à circuler.
Il a voyagé en Inde et en Asie dans le but de développer une profonde compréhension de la pensée spirituelle orientale.
Il a travaillé longtemps au Centre Iokaï de Tokyo. Il assistait Masunaga sensei dans son enseignement pratique et théorique du shiatsu.

Comme praticien et assistant, il était le contact des étudiants occidentaux qui passaient quelque temps pour étudier le shiatsu au Centre Iokaï. C’est ainsi que Masunaga senseï et lui-même furent invités à diffuser l’enseignement du Iokaï au Etats-Unis et en Europe.

En 1981, Sasaki senseï est invité en Europe pour y introduire et continuer le travail de Masunaga senseï sur l’approche orientale et poursuivre l’approfondissement des recherches dans le domaine de l’esprit et de la connaissance de la médecine traditionnelle orientale au travers du Shiatsu.

Il a écrit de nombreux articles sur l’ancienne approche orientale et participé à l’écriture de plusieurs livres tels que ‘les méridiens du shiatsu’.
Depuis cette époque, Sasaki Senseï forme des praticiens et des enseignants de Iokaï Shiatsu dans les huit pays européens affiliés à l’AISE.

« La chose la plus importante que j’ai apprise auprès de Masunaga sensei, c’est la compréhension de l’approche traditionnelle qui voit chaque fonction énergétique comme un potentiel. Pour cette raison, les méridiens ne sont pas uniquement des lignes matérielles. Ils sont la source vivante de l’énergie corporelle et mentale, le réseau d’animation à travers tout le corps, liant l’interne à l’externe. C’est à travers eux que patients et praticiens peuvent comprendre plus intimement leur vie ».

source : iokaishiatsufrance.fr